Connexion : S'inscrire

Les forums

Creer un sujet


1 823 messages
Filtrer ok

Pseudo : pierrotgrognon16

Voir profilContacter le membre

Revue de Presse/Web sur les Girondins

le 17 Avr. 17 à 09h43

Compte-rendu du match dans l'Equipe:

Bordeaux se défend vraiment
ANTOINE MAUMON DE LONGEVIALLE

L 'HYPOTHÈSE DE VOIR LES GIRONDINS RETROUVER L'EUROPE A ENCORE PRIS DU POIDS AVEC LEUR VICTOIRE À NANTES. ET, CETTE FOIS, GRÂCE À LEURS QUALITÉS DÉFENSIVES.

NANTES ­ Bien présents à la Beaujoire après avoir d'abord été interdits de déplacement en Loire-Atlantique, les 250 supporters bordelais ne seront pas repartis des étoiles plein les yeux pour le spectacle. En plus du but de Sankharé (65e), on n'a compté qu'une petite poignée d'occasions pour les joueurs de Jocelyn Gourvennec ­avec Kamano (43e), Laborde (43e), Malcom (89e) et Rolan (90e + 3) ­ et une seule véritable pour les Nantais, quand Pardo a réussi à dribbler Carrasso mais pas ses défenseurs (66e).
Ce n'est donc pas la rencontre en elle-même que les supporters girondins garderont en mémoire. Mais le résultat final, assurément. Encore plus quand il s'agit d'un « derby de l'Atlantique » et d'une rencontre qui élimine un concurrent de la course à l'Europe. « On n'a pas fait le plus beau match de la saison, admettait Cédric Carrasso, mais il fait partie des plus importants en termes de résultat. » Pour l'emporter, Bordeaux a fait parler l'un de ses points forts, sa rapidité pour se projeter à la récupération du ballon, comme sur le but, presque un copier-coller du troisième qu'avaient inscrit les Girondins le week-end précédent face à Metz (3-0) : un pressing agressif au milieu de terrain, puis un contre mené à trois face à une défense prise de vitesse. Pour le reste, les Girondins ont « bien fermé leur porte », pour paraphraser l'ailier droit Malcom. « Cette semaine, on avait beaucoup travaillé défensivement parce que Nantes a de bons attaquants, avec de grosses qualités techniques et de l'engagement dans le jeu de tête, confiait le Brésilien. On a appliqué ce que le coach nous avait demandé de faire. » Quitte à montrer un visage plus défensif et moins séduisant que ces derniers mois. « C'est le match à l'extérieur où on a donné le moins de choses à l'adversaire, observait Gourvennec. On apprend aussi de nos défaites : du match à Nice (1-2, le 2 avril) où on a fait une super seconde mi-temps sans être efficaces, ou de celle à Angers (1-2, le 5 avril, en Coupe de France). » Malgré la relative inexpérience de son groupe, Bordeaux a aussi suggéré qu'il avait l'épaisseur pour résister aux Verts et à l'OM, qu'il affrontera lors des 36e et 37e journées.

''C'est mieux de regarder devant que dans le rétro JOCELYN GOURVENNEC, L'ENTRAÎNEUR DE BORDEAUX,,

« On a avancé sur ce point, c'est logique, répondait Gourvennec. Quand les joueurs ont entre dixneuf et vingt et un ans, six mois, ça compte. On est plus efficaces, plus dans la maîtrise aussi. » Son équipe pourrait-elle titiller les Lyonnais pour la quatrième place, l'OL étant à deux points, sans compter son match à Bastia (voir pages 2 à 5) ? « On peut toujours regarder devant, ça ne mange pas de pain, souriait Stéphane Martin, le nouveau président des Girondins. Lyon a une grosse équipe, mais qui a fait quelques contre-performances, et la Ligue Europa va leur prendre un peu d'énergie. Pourquoi pas. » « C'est mieux de regarder devant que dans le rétro, complétait Gourvennec. Il faut qu'on reste dans le sang-froid. Ça se joue làdessus les fins de saison. » Celle de Bordeaux semble idéalement lancée. `
27 Bordeaux a pris 27 points sur la phase retour en Ligue 1. C'est le 4e meilleur total derrière Monaco, Paris (35) et Nice (29).Opta 0 Nantes n'a pas cadré le moindre tir, hier après-midi, contre Bordeaux. Il n'y a que contre Paris, le 21 janvier dernier, que les Canaris ont fait de même en L 1 en 2016-2017. Opta

TOPS

Sankharé 7/10
Le milieu a balbutié certaines transmissions, notamment en première période, mais c'est peu au regard de son apport pour fermer les lignes de passes adverses et faire remonter son bloc à la récupération du ballon. Sa capacité de projection est un réel atout pour son équipe. En témoigne son but (65e).
Pallois 7/10
Il n'a pas souvent cherché à relancer proprement, mais son objectif était surtout de museler ses vis-à-vis, ce qu'il a très bien fait en faisant parler ses qualités physiques. Avec Lewczuk à sa droite, le défenseur central n'a laissé que des miettes à Sala et Nakoulma.
Malcom 7/10
Le Brésilien s'est procuré une occasion en fin de match (89e) et a surtout été précieux dans le jeu de conservation. Techniquement au-dessus, il a été une soupape de sécurité pour ses partenaires qui ont pu lui confier le ballon avec la quasi-certitude de le retrouver bonifié.

FLOPS

Ab. Touré 3/10
Entré à la pause à la place de Rongier, blessé à une cuisse, le milieu a eu du mal à soutenir la comparaison avec son coéquipier. Sa responsabilité est clairement engagée sur le but (65e) où il hésite, tarde à passer le ballon et finit par se le faire prendre par des Bordelais particulièrement adroits en contres.
Sala 3/10
L'après-midi aura été longue pour l'attaquant du FCN. Dans les duels aériens, il a subi la loi de l'arrière-garde bordelaise. L'Argentin n'a pas été plus heureux dans ses déplacements et ses actions balle au pied. Un seul tir, et largement au-dessus (20e).
Kacaniklic 3/10
Positionné sur le côté droit du milieu nantais, l'international suédois n'a pas existé. Timide dans ses prises de balle, il n'a pratiquement jamais mis les Bordelais hors de position. Un peu plus utile dans le travail défensif. A. M. L.

MAURICE-BELAY, QUINZE MOIS APRÈS

Opéré du genou droit en février 2016, Nicolas Maurice-Belay faisait partie des dix-huit Bordelais hier, pour la première fois depuis quinze mois. L'ailier a pallié les forfaits de Jérémy Ménez et Adam Ounas, qui n'étaient « pas à 100% », pour leur entraîneur. « Il n'y a pas de lésion, mais ils ont ressenti des gênes à l'adducteur cette semaine. », a commenté Jocelyn Gourvennec. A. M. L.
 
 

Pseudo : pierrotgrognon16

Voir profilContacter le membre

le 22 Avr. 17 à 07h46

Dans L'Equipe ce matin :

VALENTIN VADA

« Je suis celui qui court partout »


LE MILIEU DE TERRAIN ARGENTIN EXPLIQUE SON RÔLE AU COEUR DE L'ÉQUIPE DE BORDEAUX QUI TOURNE À PLEIN RÉGIME DEPUIS QUATRE MOIS.

ANTOINE MAUMON DE LONGEVIALLE

BORDEAUX ­ Dynamique, buteur, en pleine progression. À vingt et un ans, Valentin Vada (21 ans) résume le Bordeaux de la phase retour. Le milieu argentin revient sur la bonne forme de son équipe et les différents paliers qu'il a franchis cette saison, sa première complète à haut niveau.

« UN BORDEAUX QU'ON AIME VOIR JOUER »

« Chacun a fait son autocritique. Quand tu vois B o rd e a u x aujourd'hui, tout le monde se bat les uns pour les autres : on presse ensemble. On défend très bien, en bloc, en partant très, très vite en contre. On joue peu en attaques placées. Nos attaquants jouent très bien dans le dos des latéraux. Les buts peuvent venir de n'importe où. On est aussi un groupe qui a six mois de vécu. Maintenant, je connais pile poil Malcom, ce qu'il va faire, ce qu'il aime. François (Kamano) aussi, Gaëtan (Laborde), Diego (Rolan)... On se connaît tous mieux. On est un Bordeaux qu'on aime voir jouer. »

« J'AIME METTRE DE LA JOIE ! »

« Dans ce système-là (le 4-3-3), j'étais persuadé que je pouvais gagner ma place plus facilement que dans le 4-4-2 (le dispositif le plus utilisé par Bordeaux lors de la phase aller). Je n'ai pas un profil de récupérateur. J'aime marquer, aller vers l'avant. Je suis celui qui court un peu partout, qui aime toucher des ballons, qui met du dynamisme dans le jeu. Au milieu, avec "la Toule" (Jérémy Toulalan) et Younousse (Sankharé), on est très complémentaires. Dans le vestiaire je n'ai pas un rôle particulier, mais j'aime bien mettre de la joie. Je suis un mec qui parle énormément. On m'entend partout ! Je fais des blagues, je rigole avec tout le monde. Je ne suis pas du tout un leader. J'essaie simplement de faire de mon mieux. »

« UN PEU TRAUMATISÉ PAR CE PREMIER BUT »

« Marquer, j'attendais ça depuis longtemps. Mon premier but (face à Toulouse [1-0, le 21 janvier]) m'a soulagé. Maintenant, j'arrive à marquer, ça vient tout seul quand je suis dans la surface (il a inscrit six buts lors des treize dernières journées). Ça a tout dé clenché.Ça faisait un an que je jouais sans marquer : quand il fallait tirer, je faisais la passe, quand il fallait faire la passe, je tirais. Je faisais tout à l'envers (sourire). Marquer, ça m'a donné beaucoup de confiance. On a vu que j'ai marqué mes deux derniers buts (face à Metz, 3-0) en seconde mi-temps, alors que je n'arrivais pas du tout à faire des matches entiers en première partie de saison. Le coach (Jocelyn Gourvennec) m'avait dit que je franchirais un palier quand je réussirais à marquer en deuxième mi-temps. »

« QUAND JE ME SENTIRAI ENCORE MIEUX... »

« Il y a un an, je jouais mes premiers matches en pro. Quand je rentrais sur le terrain, je voyais tous les supporters et je tremblais. Maintenant, je ne les regarde même pas, je me concentre sur le jeu et sur l'équipe. Mais j'ai encore beaucoup à progresser. Je me connais et je sens que je ne suis pas au top. Pas dans le rythme, mais je peux être beaucoup mieux dans ce que je fais. En quoi ? (Il hésite longuement.) Je suis capable de dribbler deux, trois joueurs et de mettre un but, même si ce n'est pas trop mon poste. Quand je me sentirai encore mieux, on verra un autre joueur. Je me connais et ­ comme me dit tout le temps le coach ­, je sais que j'ai une marge de progression incroyable. » `
 
 

Pseudo : pierrotgrognon16

Voir profilContacter le membre

le 23 Avr. 17 à 08h42

Le match d'hier vu par L'Equipe:

LIGUE 1 34E JOURNÉE BORDEAUX 2-0 BASTIA

Bordeaux se fait de la place
ANTOINE MAUMON DE LONGEVIALLE

GRÂCE NOTAMMENT À UN CHANGEMENT TACTIQUE OPÉRÉ À LA PAUSE, LES GIRONDINS SONT DÉSORMAIS QUATRIÈMES DEVANT LYON. ET ILS EN PROFITENT POUR RELÉGUER LES MARSEILLAIS À TROIS POINTS.

BORDEAUX ­ Pendant une mi-temps, les Marseillais ont dû croire que les Bordelais lâcheraient, comme eux la veille, deux points face à une équipe jouant son maintien. Les Lyonnais ont peutêtre également pensé qu'ils n'auraient pas forcément à prendre un point à Monaco, ce soir, pour finir le week-end à la quatrième place. Mais Bordeaux n'en est plus à faire des cadeaux à ses concurrents.
En enchaînant sa quatrième victoire en cinq journées, la formation de Jocelyn Gourvennec a fait plus que confirmer son rythme d'européen en puissance : elle s'est installée au pied du podium, mettant inévitablement la pression sur l'OL, et elle relègue l'OM à trois points. Il y aura encore un alléchant Bordeaux-Marseille lors de la 37e journée, mais la machine girondine ne montre pas de signe d'essoufflement, elle. Butant systématiquement sur le bloc bastiais, les nouveaux quatrièmes de L1 ont pourtant mis cinquantecinq minutes à inquiéter véritablement Jean-Louis Leca, le gardien corse. Hormis un centre de Younousse Sankharé pour Gaëtan Laborde (31e), il a fallu attendre le but de Malcom (55e) pour voir l'attaque girondine percer enfin le mur adverse.
Atteints, les Bastiais auraient pu céder dans la foulée sur une tête de Laborde (63e) ou un tir de François Kamano (67e), mais c'est Sankharé qui a plié le match, sur un coup franc tiré par Malcom et dévié par Nicolas Pallois (69e).
"L'entrée de Diego Rolan a dynamisé notre jeu JOCELYN GOURVENNEC, L'ENTRAÎNEUR DE BORDEAUX,,

« On a fait une première mi-temps où on était dans l'effort, appliqués, et plutôt bon dans la récupération du ballon, mais sans être très justes dans son utilisation, analysait l'entraîneur bordelais Jocelyn Gourvennec. On ne réussissait pas à changer de rythme. Puis l'entrée de Diego Rolan a dynamisé notre jeu. » Car le choix du technicien de remplacer à la pause Igor Lewczuk par l'Uruguayen s'est révélé payant. Voire décisif. Avec la sortie du Polonais ­ en difficulté sur presque toutes ses interventions ­ et l'apport d'un quatrième joueur offensif, Bordeaux est revenu à son 4-4-2 de la phase aller au détriment de son 4-3-3.
Les effets ? Renforcer la présence devant le but d'une attaque qui avait centré vingt-trois fois en première période, et mettre fin aux rares mais dangereuses remontées de balle amorcées par Axel Ngando, à l'aise face à Jérémy Toulalan, mais beaucoup moins au contact de Valentin Vada et de Sankharé, plus bas sur le terrain en seconde mi-temps. Hormis une détente sur une frappe de Danic (72e), on n'a pas vu Cédric Carrasso inquiété hier, alors que, la veille, le Télégramme avait annoncé que son club s'était entendu avec Costil ­ son homologue rennais également en fin de contrat ­ pour prendre sa succession la saison prochaine. Une information démentie plus tard par le club bordelais.
« On avait vingt-cinq points à la trêve, et on en est aujourd'hui à cinquante-cinq, relevait Gourvennec. Cette dynamique, il faut l'entretenir, et donc rester exigeant. Je vais veiller à ça parce qu'on a un groupe jeune : on doit rester dans le sérieux et la cohésion d'équipe. On a raté des choses ce soir, on n'a pas été constants, mais il y a eu une grosse cohésion du début à la fin, et ça, ça fait la différence. » Que ses concurrents constatent ce matin au classement. `

TOPS

Sankharé 7/10
Une seconde période où il a donc été décisif après un début de match terne. Déjà buteur lors de trois des cinq derniers matches de son équipe, le milieu a récidivé hier de la tête (69e). Ajouté à sa passe décisive pour Malcom (55e), cela fait logiquement de lui l'homme de la soirée.
Malcom 7/10
Du droit, son mauvais pied, le Brésilien a fait le geste juste pour donner l'avantage à son équipe. Mobile et imprévisible, l'ailier a souvent donné de la vitesse aux attaques placées bordelaises. Dangereux jusque dans le temps additionnel (90e + 2).

FLOPS

Lewczuk 3/10
Fébrile, le défenseur polonais a raté son match, qui s'est arrêté dès la mi-temps avec son remplacement. Dépassé par Ngando (25e) et Coulibaly (28e et 44e), il a dû compter sur l'aide de Pallois ou Toulalan pour rattraper ses errements.
Bengtsson 4/10
Le latéral suédois a eu du mal à lire les dribbles de Malcom et s'est vu impliqué sur plusieurs occasions bordelaises. C'est lui qui lâche le marquage sur Malcom sur le premier but (55e), et encore lui qui laisse Laborde placer une tête huit minutes plus tard. À son actif, le corner qu'il tire à la 45e est proche d'amener un but de Mostefa. A. M. L.

3 Bordeaux reste sur 3 matches d'affilée sans prendre de but en L 1. Les Girondins n'avaient pas réussi une telle série depuis décembre 2013.Opta
 
 
1 823 messages
Filtrer ok
Vous devez être connecté pour écrire un message !